•  

    Un Noël sans retour !

     

    Deux jours avant noël ! Un soldat est sur le chemin du retour

     

    Arrivé à San Francisco, il téléphone à ses parents.

     

     

     

    *papa, maman, me voici de retour.

     

    Mais j’ai une faveur à vous demander

     

    Je ramène un ami avec moi et j’aimerais bien qu’il vive avec nous …

     

     

     

    Pas de problème fiston ! Nous avons hâte de faire sa connaissance !

     

    Mais je dois vous dire que c’est un blessé de guerre : il a marché sur une mine et a perdu un bras et une jambe.

     

    Il est très désemparé et je voudrais qu’il vienne vivre avec moi.

     

    C’est une bien triste histoire fiston, nous pourrons sans doute trouver un endroit ou il pourra demeurer après les fêtes.

     

    Non maman papa je veux lui dire qu’il peut venir vivre avec nous

     

    Ce serait sans doute son plus beau cadeau de Noël

     

     

     

    Tu ne sais pas ce que tu demandes fiston !

     

    Une personne si handicapée physiquement va devenir un poids trop lourd pour nous. Nous avons nos propres vies à vivre et nous ne pouvons pas permettre que quelqu’un vienne tout perturber 

     

    Je pense que tu devrais t’en venir à la maison et oublier cette personne.

    Il trouvera certainement un moyen de s’en tirer….

     

     

     

    Mais il n’a pu achever, son fils avait déjà raccroché.

     

    Et les parents n’entendirent plus parler de lui…..

     

     

     

    Quelques jours plus tard, ils reçurent un appel de la police de San Francisco. Leur fils était mort en tombant d’un édifice, c’est du moins ce qu’on leur disait officiellement, car au fond, la police croyait à un suicide.

     

     

     

    Les parents prirent le premier vol pour San Francisco et de rendirent à la morgue pour identifier leur fils.

     

    Oui… c’état bien leur fils !

     

    Mais ils découvrirent en même temps, avec horreur, qu’il n’avait qu’un bras et une jambe.

     

    Il nous arrive aussi d’agir comme ces parents ; nous avons de la facilité à aimer les gens qui sont beaux et agréables, mais il nous est beaucoup plus difficile d’aimer ceux qui chambardent notre vie

     

    Trouvons la force d’accepter les gens tels qu’ils sont et d’être plus compréhensifs avec ceux qui sont différents de nous. Tous et chacun a droit à un moment de bonheur en cette période de réjouissances ;

     

    Tout le monde a le droit de passer un Joyeux Noël !

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Je ne suis pas un Jouet - Achetez plutôt une peluche

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Vidéo Annémeraude sur Youtube

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • MERCI A TOUS POUR VOTRE SOUTIEN

    Le sauvetage D'Uria est terminé c'est génial

    Le 7 décembre compteur 100 %

      

     

     

    Uria  - Il faut la sauver de l’abattoir

     

     

     

                Il y a quelques jours, Patricia de l’association Cheval Espoir 38 a été contactée par une fidèle amie des animaux qui l’a alertée pour une urgence abattoir. Cette dernière a appris qu’une jument, du nom d’URIA allait être abattue.

     

                URIA est une superbe jument de trait, qui n’est pas encore débourrée.

     

                La pauvre est déjà bien rondouillette, et son propriétaire a décidé de s’en débarrasser…

     

                Patricia et l'équipe de Cheval Espoir 38 ont dû rapidement s’organiser pour trouver une solution. Un accord de vente a été conclu avec le marchand qui a accepté de la céder pour 1 000 euros.

     

                URIA, si elle est sauvée, sera accueillie au sein de l’association de Patricia, où elle pourra retrouver Ma Douce, Etoile, Victoire, Ayo et Pin's ainsi que les autres heureux pensionnaires…

     

                Mais il faut impérativement financer son transport, car la belle URIA se trouve aujourd’hui chez son propriétaire, qui est localisé au Pays Basque.

     

    Cheval Espoir 38 s’apprêtait donc à lancer un appel pour réunir

     

    1790 euros pour le dimanche 8 décembre.

     

                Mais une très généreuse donatrice a eu connaissance de la situation et a fait un don de 1 000 euros à l'association ! Une première victoire ! Mais qui ne servira à rien si le transfert d’URIA n’est pas financé...

     

    Il reste encore les frais de transport.

     

    Ces 790 EUROS doivent être réunis pour le dimanche 8 décembre.

     

                Or Cheval Espoir 38 ne peut pas couvrir ces frais.

    L’association a donc besoin de votre aide pour financer

    le rapatriement de la petite URIA jusqu’à son refuge.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique