• SOS POUR LES CHATS LIBRES DU RAMIER !

     

    Sur l'île du Ramier, à Toulouse, un amoureux fou des animaux se bat pour les chats.

    Il a 63 ans et s'appelle Kyriakos Konstantinidis, on le surnomme "Képler".

    Ses journées, ses nuits, il les consacre à ses chats... depuis 1980.

    Le 24 novembre dernier, il a été victime d'un grave accident de la circulation.

    Si, par miracle,  cet accident ne lui pas ôté la vie, celle de ses chats est bien menacée aujourd'hui.

    Sans voiture, impossible pour Képler de faire ses tournées.  Les chats sont livrés à eux-mêmes, sans rien à manger,

    dans le froid.

    "C'est extrêmement urgent car mes 130 chats ne peuvent plus tous être nourris, soignés,
    et leur survie est en danger. Il est impossible de faire autrement.
    A pied et en bus, avec quelques affaires à la main, je ne peux servir qu'un très faible nombre,
    et, compte tenu mon âge et mes forces physiques, je ne supporterai pas ça longtemps."

    La vie de ses 130 chats ne tient qu'à un fil.

    4 000 euros, c'est la somme dont a besoin l'association pour acheter la voiture qui permettra de sauver ces chats.

    La voiture de la vie !

    TOUS ENSEMBLE, NOUS LES SAUVERONS !




    Soutenez l'association Chat Libre de l'île du Ramier 
    et parrainez ses 130 chats !

    Un don régulier, quelle que soit sa valeur, est d'une valeur inestimable pour eux. Chaque jour, leur nourriture et leurs soins doivent être pris en charge. Merci !

    Paiement 100% sécurisé - Aucun engagement - Modifiez ou suspendez votre parrainage, 
    quand vous le voulez.

    Vous bénéficierez de la déduction fiscale : 1 euro par jour,
    ne vous coûtera que 34 centimes après déduction.




    Képler, cet homme au grand coeur.

    Depuis 35 ans, Képler se consacre aux chats libres de l'île du Ramier. Il y voue aujourd'hui la totalité de ses journées, tous les jours de l'année

    et par tous les temps. C'est en faisant un constat terrible de la misère de nombreux chats sauvages, malades, abandonnés et perdus que son engagement est né.

    Ses actions quotidiennes se poursuivent encore aujourd'hui en 2015. Képler espère continuer longtemps encore son combat tant que, physiquement, il sera en mesure d’améliorer les conditions de vie de ces chats dont personne ne se préoccupe. 

    Mais aujourd'hui, la situation est très compliquée, puisque Képler se retrouve sans véhicule à la suite d'un accident dont il a été victime.

    En conséquence, il ne peut plus assumer la distribution de nourriture quotidienne aux 130 chats et assurer les soins préventifs...

    Sans nouveau véhicule, ce sont 130 chats qui sont menacés par la faim, le froid et la maladie.


    Une vie consacrée aux chats libres de l'île du Ramier depuis 1980. 

    Les 130 chats vivent sur l'île du Ramier, territoire de plusieurs kilomètres. Plusieurs points de nourrissage pour les chats de l’île ont été créés. Il fait très froid et dans ces conditions la distribution nocturne est très compliquée.

    Les engelures sont malheureusement revenues et rendent pour Képler difficiles les manipulations.

    Il faut toujours calculer ce qu’il y a de plus pratique pour le nourrissage en terme de transport, car la quantité d’affaires

    qu’il s’agit de déplacer est considérable pour un seul homme.


    Il souhaite simplement leur offrir des conditions de vie correctes et dignes.

    Tout d'abord en les nourrissant : une distribution est assurée chaque jour. Elle se déroule de nuit. Képler rejoint les chats sur plusieurs points de nourrissage de l’île du Ramier et remplit les gamelles. Les chats n'osent sortir que la nuit car ils sont très craintifs. 

    Il leur a également construit des abris afin de les protéger des rudes conditions climatiques. Ces abris sont soit ouverts, soit fermés. Ils sont intégrés à l'île de façon à être acceptés par le plus grand nombre. Mais cela n'empêche pas de subir régulièrement des actes de vols, de vandalisme et d'incivilités.

     

    Képler et ses bénévoles procèdent également à de grandes campagnes de stérilisation. Ils sont confrontés chaque année à des naissances sur l'île, mais aussi à des abandons intentionnels de chats non stérilisés par des particuliers voire des associations. Ces stérilisations sont complètement tributaires des dons reçus, car le vétérinaire refuse de stériliser à crédit. La banque refuse également tout prêt à l'association.

    Képler sait qu'il n'a pas droit à l'échec, car le nombre de chats est déjà bien trop élevé et peut augmenter de façon exponentielle s'il manque de vigilance. Une chatte passée au travers de la campagne de stérilisation précédente peut avoir fait des petits. Il faut alors trapper toute la famille en vue de leur stérilisation et identification.

    "Nous aimons beaucoup ces petites bouilles d’amour mais il est impossible d’assumer des naissances sur l’île du Ramier. Il sont déjà assez nombreux et il devient de plus en plus compliqué de s’occuper d’eux."


    Sans compter qu'il faut également assurer matériellement les captures, par l’acquisition de trappes de dimensions suffisantes afin que les chats, éprouvés par un stress infini lors de la capture, ne se blessent pas dans la panique.

     

    Képler est présent tous les jours sur le site et parcourt l'île de point de nourrissage en point de nourrisage. Mais il ne fait pas que remplir les gamelles. Il observe les chats, leur parle et passe énormément de temps avec eux. Il est sur le terrain de 8 à 12 heures par jour, surtout la nuit.

    S'agissant de chats sauvages, ils sont souvent craintifs, prudents et observateurs. Ils connaissent leur nourrisseur mais ne se laisseraient pas approcher par une autre personne.

    Képler raconte, c'était il y a quelques jours : "Cette nuit il a fait très très froid - un froid glacé accentué par la présence de la Garonne à proximité. Les chats ne sont sortis qu’en m'entendant arriver alors qu’en principe, ils attendent dehors bien avant.... J'ai été sollicité par un pauvre homme qui n’était pas dans son état normal. Il était perdu et sollicitait également un peu d’eau. Nous côtoyons aussi beaucoup de misère humaine, malheureusement. La distribution a été très triste car nous n’avons toujours pas assez de nourriture. Les chats sont vite repartis se coucher..."

    Ou encore, une autre fois : "Cette nuit était bien noire. A peine arrivé sur le premier point de nourrissage et malgré l’obscurité, j'ai pu voir les silhouettes des chats s’activer. Ils me reconnaissent. Ils se mettent alors à courir de ci, de là, observant ce qui va se passer. Les chats de cette première aire sont très craintifs et attendent patiemment que je m’éloigne pour se jeter sur la nourriture. Le froid augmentant leur besoin en calorie, ils sont morts de faim."

    Les chats, Képler les connaît tous. Ils les appellent un à un par leur nom.

    Parfois, les chats peuvent être menacés par des incivilités ou des lâchers des chiens.


    Aujourd'hui, comment peut-il faire pour visiter les chats et transporter les 12 kg de croquettes, boîtes et sachets, sans véhicule ?

    Les chats vivent en petits groupes, éloignés les uns des autres. Képler leur rend normalement visite pour s'occuper d'eux grâce au véhicule de l'association, qui permet le transport quotidien de 12 kg de croquettes, des boîtes, des sachets et du matériel.

    Mais, aujourd'hui il n'a plus de véhicule suite à son accident...

    Financièrement, impossible de faire face.

    Il y a quelques semaines, il a commencé à entreprendre une nouvelle campagne urgente de stérilisations, d'identifications et de vaccins pour 25 chats, pour un coût total de 2500 euros.

    L'accident est arrivé au moment où il était en train de se demander comment il allait trouver l'argent pour les stérilisations... Même si Képler n'a aucune responsabilité dans cet accident et en est bien la première victime, l'assurance n'a remboursé que très peu... Aujourd'hui, l'association se retrouve sans véhicule. Képler continue de faire tout son possible au quotidien en prenant le bus et quelques affaires à la main. Mais il ne peut servir plus qu'un très faible nombre de chats.

    Comment faire pour nourrir 130 chats qui vivent aussi éloignés les uns les autres sur une telle surface ?

    Comment faire pour emmener chez le vétérinaire ceux qui sont trop malades ?

    Képler est désespéré. Après avoir passé 35 ans de sa vie à s'occuper des chats de l'île du Ramier, il n'est plus très optimiste sur leur avenir aujourd'hui sans véhicule.

    "Compte tenu de mon âge et de mes forces physiques, 
    je ne supporterai pas ça longtemps..."

     

    Laisser les 130 chats livrés à eux-mêmes sur l'île du Ramier est inconcevable. Képler refuse de se permettre un tel échec. Leur avenir deviendrait très incertain. Ils seraient en proie à de multiples dangers et souffrances susceptibles de mettre en péril leur vie.

    La seule solution est de racheter un nouveau véhicule très vite. Mais avec un budget mensuel moyen de 3000 euros pour la nourriture, les soins vétérinaires, les médicaments, les stérilisations et le matériel, l'association n'a en aucun cas les moyens de financer l'achat d'un véhicule. Elle reçoit environ 500 euros de dons par mois et n'a aucune subvention.

    Pourtant, cette situation est extrêmement urgente, car les 130 chats ne peuvent plus être nourris et soignés. Leur survie est en danger !

    Vos dons et Appels du Coeur permettront de financer l'achat du nouveau véhicule.


    4000 euros sont nécessaires pour cela !


    Merci à tous pour votre soutien !

     

    PENELOPE est une jolie petite panthère maintenant âgée de 14 ans. Elle a toujours vécu libre sur l’île du Ramier. Elle est fidèle à son rendez-vous quotidien avec Képler et est tellement habituée à ses horaires que le moindre retard est sanctionné d’un regard interrogatif de la part de la belle. C’est une gourmande de boîtes, son met préféré. Elle en arrive même à délaisser la nourriture en sachets pour satisfaire son palais avec les pâtées. 

    C’est une chatte très gentille. Comme la plupart des chats libres, elle est très sauvage. Képler est la seule personne qui puisse à ce jour l’approcher. Ce contact s’est noué jour après jour, au prix d’une patience et d’un amour infini. Quelque fois, elle se laisse prendre dans les bras, mais attention, pour une seconde seulement. Un instant très précieux, signe de sa confiance.

    Que va devenir PENELOPE sans vous ?


    HECATE nous a quitté il y a peu. Cette adorable petite chatte vivait avec son frère jusqu'au jour où il a été brutalement écrasé par un chauffard. HECATE était seule, perdue et en danger. Képler l'a accueillie chez lui et s'est occupé d'elle. Grâce à lui, elle a connu une belle vie.


    Le pauvre MILL s'est retrouvé tristement perdu. Ce matou était persuadé que tout personne qui croiserait son chemin l'aiderait à se nourrir. Képler a été inquiet un jour de constater qu'il avait disparu. Lorsque MILL est enfin réapparu, il était dans un triste état, très maigre, complètement affamé et épuisé. Képler n'a pas hésité une seule seconde pour l'emmener à son domicile, où il s'est rapidement refait une santé. Il y demeure depuis, c'est un chat heureux.


     

     

    Comment aider l'association : CHAT LIBRE DE L'ILE DU RAMIER

    Chat Libre de l'Ile du Ramier est une association au service de chats qui vivent en liberté dans la nature et les espaces publics de l'île du Ramier de Toulouse. Elle a pour but d'améliorer leurs conditions de vie quotidienne.

    Localisation

     
     
     
     
     
     
     
     
    Plan

    Contact

    CHAT LIBRE DE L'ILE DU RAMIER

    11 rue Peyras
    31000 TOULOUSE

    Email : chatlibre.ileduramier@yahoo.fr

    « CAMPAGNE ANTI FOURRURE A PARIS Il faut la sauver - Intervention prévue le 13 Janvier 2015 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :